Le Ministre de la Mobilité, Carlo Di Antonio a décidé de mettre fin au soutien financier régional accordé à trois projets pilotes de centrales de mobilité.  MOBILESEM, la centrale de mobilité qui couvre et dont sont partenaires onze communes de l’Entre-Sambre-et-Meuse (Beaumont, Chimay, Couvin, Doische, Florennes, Froidchapelle, Gerpinnes, Momignies, Philippeville, Viroinval, Walcourt) est durement touchée puisqu’elle risque de perdre 45 000 euros.

Pour Stéphane Hazée, chef de groupe au Parlement de Wallonie, « la décision du Ministre est incompréhensible. Elle constitue un signal désolant à l’égard des utilisateurs, notamment des personnes isolées et précarisées, mais aussi des acteurs locaux – économiques, associatifs, politiques – qui se sont investis dans la mise en place de cette dynamique qui porte ses fruits ». « Le Ministre annonce une « réponse globale » à l’enjeu de la mobilité en milieu rural. Or, nous constatons que les centrales de mobilité fonctionnent et rendent des services qui satisfont les communes partenaires et les citoyens. Il vaudrait mieux que le Ministre favorise la création de nouvelles structures pour les zones rurales non encore couvertes et le développement des centrales existantes plutôt que de créer une seule centrale à l’échelle de la Wallonie. Et, dans le court terme, nous attendons de lui qu’il maintienne les subsides aux centrales déjà en activité », conclut le député vert.

La question de Stéphane Hazée concernant les centrales de mobilité

Share This