Ce vendredi, les élus provinciaux namurois étaient amenés à se prononcer sur le budget 2018 proposé par la coalition MR-CDH afin de mettre en œuvre sa politique. Face à l’absence de prise en compte du contexte social, de l’urgence environnementale et de l’évolution institutionnelle, Ecolo a rejeté un budget qui montre avant tout que le Collège est déjà en « affaires courantes ».

Au début de son intervention, Étienne Cléda a d’abord pointé le choix de la majorité de ne pas se soumettre aux recommandations de la circulaire budgétaire émise par le Gouvernement wallon. Ainsi, en matière de fiscalité, de personnel, de dépenses de fonctionnement ou de transferts, le MR et le CDH namurois se sont assis sur les demandes du MR et du CDH wallons.

Le chef de groupe écologiste a ensuite réclamé au Collège provincial qu’il consacre prioritairement ses moyens à répondre aux crises qui traversent notre société : crise environnementale, crise de l’agriculture, crise des migrations, crise sociale, crise de la gouvernance. Face à ces enjeux, qui préoccupent légitimement les citoyens, le Collège et, plus largement, la majorité restent enfermés dans leur « bocal provincial ».

Depuis le début de la législature, le groupe Ecolo a amené, sur la table du Conseil provincial, des propositions pour sortir de la logique « bling-bling » et a appelé à se montrer exemplaire dans l’utilsation des moyens provinciaux. Les Verts ont ainsi notamment été suivis par la majorité lorsqu’ils ont suggéré un soutien plus conséquent pour l’accueil de la petite enfance. Ils ont aussi soutenu l’investissement proposé par le Collège dans l’ensemble des centres culturels. Par contre, la majorité s’est montrée conservatrice par rapport aux demandes répétées des Verts d’assurer une gestion plus transparente du domaine de Chevetogne, à travers une Régie. Ce vendredi, elle a aussi rejeté l’amendement d’Ecolo visant à soutenir les plates-formes de mobilité en milieu rural auxquelles la Région n’octroiera pas (pour MOBILISUD) ou plus (MOBISEM) de subsides.

Dans les prochaines semaines, de nouvelles étapes devraient encore être franchies dans le dossier de construction d’une Maison administrative sur le site du Campus provincial à Salzinnes. Les Écologistes l’ont dit depuis de nombreuses années et répété encore ce vendredi: si les conditions et l’organisation du travail doivent, en effet, être améliorées, ce projet pharaonique est toutefois abérrant. Abérrant par rapport à sa localisation, à son coût et à l’évolution annoncée des provinces. « Comment peut-on investir 25 millions dans ce projet alors qu’on ne sait pas de quoi l’avenir des provinces sera fait et ce, tout en coupant des subventions aux associations ? » a demandé le chef de groupe.

« La priorité d’Ecolo est de mener une politique de transition sociale et environnementale. Une politique qui préserve la biodiversité et les paysages, économe en énergie et en ressources, pauvre en déchets et en pollution, riche en lien social et culturel. Une politique qui améliore la mobilité, transforme l’agriculture pour qu’elle nourrisse, en respectant leur santé, tant les agriculteurs que les citoyens. Une politique qui renforce la participation, le volontariat et la bonne gouvernance », a conclu Étienne Cléda.

Étienne Cléda

Chef de groupe

L’intégralité de l’intervention d’Étienne Cléda est consultable via le lien suivant: CPN 2017.11.24 Budget 2018 intervention finale.

Share This