Présentation de la liste provinciale pour le district de Gembloux

Entre 2012 et 2018, l’institution provinciale namuroise a beaucoup construit pour elle-même et très peu pour nous, les citoyens. En lançant de grands projets de construction de bâtiments tels que la Maison administrative provinciale (MAP), la Province s’est non seulement fortement endettée et elle en a oublié sa principale mission : être au service du citoyen et des communes !
En 2018, soyons réalistes et demandons l’impossible : un véritable changement de cap pour la Province de Namur. Les 9 candidats ECOLO du district de Gembloux ont de l’ambition et vous lancent le défi, d’ici l’horizon 2025, de faire de la Province de Namur une province pionnière de la Transition. Ils proposent des actions politiques concrètes en termes de gouvernance, de santé, d’agriculture et d’économie d’énergie.

Pour une Province mieux gérée !

Dans l’attente d’une nécessaire réforme de l’institution provinciale, les écologistes veulent que les moyens publics soient utilisés exclusivement au service des citoyens en supprimant les dépenses de prestige et en soutenant des projets supra-communaux utiles pour Demain.

Concrètement, ECOLO souhaite :

  • plus d’autonomie de travail et de créativité pour le personnel provincial ;
  • supprimer le saupoudrage peu transparent de subsides et les dépenses liées à la promotion de l’institution elle-même ;
  • encore plus de services aux communes dans le cadre de la supra-communalité, la Province doit les aider à se mettre en réseau et à mutualiser leurs moyens ;
  • plus de collaboration entre Provinces voisines quand les bassins de vie « naturels », comme le sud de l’Entre-Sambre-et-Meuse, sont situés sur le territoire de deux provinces.

 

Des services médico-sociaux partout et pour tous !

Pour ECOLO, il est indispensable que la province continue à offrir des services décentralisés sur l’ensemble du territoire.
Concrètement, ECOLO propose :

  • un soutien aux groupements de professionnels de la santé, sur la base d’un cadastre objectivant les besoins ;
  • un répertoire des associations actives dans le domaine de la santé au sens large ;
  • la mise en place d’une plate-forme de travail en réseau entre tous les acteurs de la santé selon les bassins de vie ;
  • de renforcer l’étude des liens entre santé et social et de proposer des actions spécifiques à l’égard des publics les plus isolés et défavorisés ;
  • soutenir la mise en place du Réseau namurois des hôpitaux.

Préserver la nature pour une Province plus verte !

La province de Namur dispose d’un cadre naturel exceptionnel. ECOLO souhaite que la Province veille au maintien de la biodiversité, aux économies d’énergie et au développement des énergies renouvelables et soutienne une agriculture privilégiant la qualité, la santé et le commerce équitable.

Concrètement, ECOLO désire :

  • Préserver la nature pour une Province plus verte !- aider nos producteurs à se reconvertir en bio et à valoriser leurs produits par une transformation de ceux-ci ;
  • un soutien à la distribution en circuits courts, à la mise en réseau des producteurs et consommateurs par la constitution de coopératives garantissant une juste rémunération, à la valorisation des produits locaux et de qualité différenciée ;
  • que la Province soit coordinatrice d’initiatives en matière d’alimentation de qualité et locale dans les cantines scolaires et les administrations publiques ;
  • mettre en place un système qui garantisse un accès prioritaire à la terre aux jeunes qui veulent se lancer dans une agriculture ou de l’élevage bio, en évitant que ces terres ne soient phagocytées par de gros propriétaires ou de grosses industries ;
  • que la Province se dote d’une vision claire et ambitieuse sur l’énergie et le climat, avec un plan d’action doté budgétairement et détaillé à court, moyen et long terme ;Préserver la nature pour une Province plus verte !
  • qu’elle rende les choses effectives en lançant des actions concrètes d’économie d’énergie et surtout de production d’énergie renouvelable, à commencer par les bâtiments provinciaux.

Nos 9 candidats

1. Bénédicte Rochet
Mettet – 42 ans – Historienne

Bénédicte habite en Province de Namur depuis 15 ans. D’origine carolo, elle a choisi avec son compagnon de s’installer à Mettet pour offrir à leurs deux garçons un cadre de vie de qualité. Historienne, son parcours professionnel l’a emmenée de Bruxelles à Paris en passant par Namur où elle est aujourd’hui chargée de cours et chercheuse à l’Université. Impliquée dans différents projets culturels, patrimoniaux et mémoriels sur le territoire namurois, elle considère la culture comme indispensable pour favoriser l’ouverture aux autres et créer du lien social. Elle a été co-secrétaire de la locale de Mettet. Curieuse et dynamique, Bénédicte défend une société alternative, créative et solidaire qui soutient les initiatives citoyennes porteuses de Transition en Province de Namur.

2. Philippe Grévisse
Gembloux – 67 ans – Ingénieur
3 fois Papa et 10 fois Papou, Philippe habite Sauvenière (Gembloux) depuis 36 ans. De 2000 à 2012 il y fut Président du CPAS et Echevin des Finances, particulièrement sensible à la dignité humaine tant des personnes en difficulté que des agents du CPAS, et à une gestion rigoureuse. Il est actuellement conseiller communal, engagé dans une opposition « constructive », pour faire de sa commune une Ville en transition, plus sociale, plus solidaire, plus humaine et plus verte. Ingénieur de formation, il continue coacher des équipes et des chômeurs âgés. Au sein du SEM asbl (Service Entraide Migrants) il milite pour rendre sa commune hospitalière et faire de la multiculturalité une richesse. Au sein d’Agricovert scfs, il défend l’agroécologie, une rémunération équitable des producteurs bio et une alimentation « circuits courts ». Son jardin, des randonnées vélo, la guitare, le chant au sein d’un ensemble vocal et la méditation sont ses lieux de ressourcement.

3. Cécile Op De Beek
Sambreville – 45 ans – Puéricultrice

Maman de deux ados de 14 et 18 ans, Cécile travaille depuis 20 ans dans une crèche de la Sonefa à Namur. Elle est également déléguée syndicale pour la CNE où, depuis 10 ans, elle défend ses collègues. Cécile poursuit actuellement une formation d’animateur en actions collectives, politiques, culturelles et sociales à l’ISCO. Par ses différentes casquettes, elle porte un intérêt particulier aux thématiques de la petite enfance, de l’enseignement et de la culture. Cécile souhaite améliorer toutes les initiatives qui favorisent l’intégration de tous et plaider en faveur de la diversité.

4. Bruno Wynands
Fosses-la-Ville – 45 ans – Sociologue

Animateur jeunesse dans un centre culturel, bénévole et militant dans de multiples associations, Bruno est conseiller CPAS depuis 6 ans à Fosses-la-ville. Province de Namur ce qu’on a de Commun ! Il se présente aux élections provinciales pour mutualiser nos expériences et nos compétences. Il a envie que les provinces évoluent vers une mobilité alternative, une nourriture saine et locale, des enseignants respectés et tous attentifs au bien-être de chacun. Responsables et égaux pour toutes les générations est sa devise pour les 6 prochaines années !

5. Muriel Minet
Jemeppe-sur-Sambre – 34 ans – Laborantine
Graduée en agro-alimentaire et éco-conseillère de formation, Muriel travaille dans un laboratoire de recherche et développement. Elle a quitté son poste de conseillère communale de Sambreville en décembre 2016, pour revenir dans la commune de Jemeppe-sur-Sambre où elle se présente en tant que candidate sur la liste JEM. Les matières qui l‘intéressent en politique sont l’environnement, la petite enfance et le social. Ses hobbys sont l’apiculture et les voyages.

6. Philippe Hubaux
Floreffe – 69 ans – Travailleur social à la retraite

Philippe, né à Sombreffe, a vécu 25 ans à Gembloux et habite depuis 20 ans à Floreffe. Père de 4 enfants et papy de 7 petits-enfants, il a eu un parcours professionnel varié mais choisi : d’abord fonctionnaire à la Faculté de Gembloux, affecté à la liquidation des salaires du personnel, ensuite promoteur d’une entreprise à finalité sociale, il finit sa carrière dans le secteur du logement social. Il est aujourd’hui retraité mais toujours actif dans plusieurs coopératives citoyennes dans le domaine des énergies renouvelables, de l’alimentation durable et de la rénovation de l’habitat. Philippe a été conseiller provincial de 2000 à 2012 et président de la commission des affaires sociales. Il est actuellement conseiller CPAS de Floreffe.

7. Sophie Dardenne
Profondeville – 47 ans – Travaille dans la coopération au développement

Sophie est présidente du CPAS de Profondeville depuis 2013. Appréciée pour ses qualités humaines, maman de 4 enfants, engagée, elle est convaincue que les valeurs écologistes sont le fondement d’une société durable et équitable. Dotée d’une licence en langues germaniques et d’un diplôme en relations internationales, son expérience dans l’enseignement et dans la coopération au développement renforcent sa volonté d’agir concrètement pour une société plus verte et plus juste.

8. Éric Battista Cazzoli
Sambreville – 39 ans – Éducateur

Intervenant social FWB, coach en développement personnel et préparateur mental pour sportif, Éric a grandi dans une cité sociale de Sambreville. Par conviction, il a suivi des études d’éducateur et a travaillé durant huit années comme éducateur de rue dans la commune de Sambreville. Pour Éric, il est nécessaire de repenser la cohésion sociale, de l’adapter à notre réalité et d’agir en fonction des vrais besoins des citoyens.

9. Éric Van Poelvoorde
Sombreffe – 55 ans – Zoologiste et Conseiller en environnement
Marié et papa de 7 enfants, Éric vit à Sombreffe depuis 3 ans mais a habité Gembloux pendant plus de 25 ans. De 2000 à 2012 il y fut échevin, particulièrement investi dans l’environnement et la nature, la gestion énergétique des bâtiments et le développement des énergies vertes, dans la mobilité, la prévention des déchets ou encore la maîtrise du développement urbanistique. Il est actuellement conseiller provincial sortant et son action s’est focalisé sur la supra-communalité, l’exemplarité des services publiques en matière d’énergie ou encore de marchés publics, la transition vers d’autres modèles de gouvernance. Au niveau citoyen, il est impliqué dans des collectifs de transition et cultive lui-même son bout de terrain selon les principes de la permaculture. Éric défend l’idée d’une Province en Transition, que ce soit au niveau institutionnel ou pour une agriculture territoriale différente et plus résiliente, ceci tant pour la pérennité d’une agriculture familiale que pour préparer nos territoires, écosystèmes et populations aux impacts des changements climatiques, déjà observables aujourd’hui. Non motorisé, Éric se déplace essentiellement en vélo et en transports en commun, défendant une mobilité alternative plus accessible à toutes et tous.

Share This